Marianne Lesage

Marianne Lesage fut tour à tour danseuse étoile et magicienne, déesse antique un peu sorcière, parfois princesse de conte de fées (de ceux qui finissent mal, bien entendu). Effeuilleuse de luxe dans le Vienne de 1900, charmeuse de serpents. Elle peignit des dizaines d’œuvres majeures, écrivit des centaines d’albums, fut l’héroïne d’un millier de romans. Elle a descendu tous les fleuves de ce monde et de quelques autres, traversé des continents et des montagnes. Elle a flirté avec Jules César (et un peu Cléopâtre), s’est brouillée avec Charlemagne avant de s’enfuir avec Esméralda. Elle a paru à la cour de Louis XIV et a percé le mystère du chevalier d’éon.
Tout cela parce qu’elle a fait sien cet illustre précepte : « il vaut mieux rêver sa vie que la vivre, encore que la vivre, ce soit encore la rêver » (M. Proust, Les Plaisirs et les Jours, 1896).
Alors oui, bien sûr, Marianne Lesage possède une vie bien réelle, elle est même parvenue à faire publier quelques fantaisies dans des fanzines. Mais cette vie-là est tellement moins intéressante !

Voyageur dans l'anthologie Contes & Légendes... revisités


Design by Lna
Copyright © 2008 Parchemins et Traverses